Définition

La voie du milieu

Même s’il semble juste que Wikipedia ne soit pas la source internet la plus fiable, il apparait néanmoins que l’explication de la voie du milieu trouvé sur ce site s’approche au mieux de l’esprit recherché et à l’application qui peut en être faite.

La voie du milieu
La voie du milieu, voie médiane ou voie moyenne est dans le bouddhisme le terme utilisé par Siddhartha Gautama dans son premier sermon qui se réfère au Noble Chemin octuple*, voie évitant les extrêmes, qui mène à l’éveil et à la libération de la souffrance.

* Noble Chemin octuple
Quatrième des Quatre nobles vérités, le chemin comporte huit membres regroupés en trois parties. Ces huit membres sont suivis à la fois séquentiellement et simultanément par les pratiquants du bouddhisme. Les trois parties (éthique, méditation et sagesse) forment le « chemin triple », une autre expression de la voie bouddhique (ces diverses expressions sont notamment là pour aider à ne pas voir les choses de façon trop rigide ou structurée, mais pour donner divers éclairages sur une pratique qui se doit essentiellement d’être une pratique « intégrée »).

Les huit membres dans l’ordre présenté par le Bouddha dans les suttas sont: vision, intention, parole, action, moyens d’existence, effort, sati (attention), samadhi (les quatre jhanas). Le Bouddha a enseigné que les sept premiers membres du sentier octuple sont à développer en tant que support du dernier (samadhi).

Les huit membres selon les trois groupes sont les suivants :
A « Sila; Sila » : la moralité, la discipline, l’éthique :
– 1 « samyag-vac; samma-vaca » : parole juste (ne pas mentir, ne pas semer la discorde ou la désunion, ne pas tenir un langage grossier, ne pas bavarder oisivement) ;
– 2 « samyak-karmanta; samma-kammanta » : action juste (respectant les Cinq Préceptes) ;
– 3 « samyag-ajiva; samma-ajiva » : moyens d’existence justes ou profession juste.
B « samadhi », la discipline mentale, la concentration ou la méditation :
– 4 « samyag-vyayama; samma-vayama » : effort ou persévérance juste (de vaincre ce qui est défavorable et d’entreprendre ce qui est favorable) ;
– 5 « samyak-smrti; samma-sati » : attention juste, pleine conscience ou prise de conscience juste (des choses, de soi – de son corps, de ses émotions, de ses pensées -, des autres, de la réalité) ;
– 6 « samyak-samadhi; samma-samadhi » : concentration, établissement de l’être dans l’éveil (vipassana).
C « Prajña; pañña » : la grande sagesse :
– 7 « samyag-drsti; samma-ditthi » : vision juste ou compréhension juste (de la réalité, des quatre nobles vérités) ;
– 8 « samyak-samkalpa; samma-sankappa » : pensée juste ou discernement juste (dénué d’avidité, de haine et d’ignorance). Dans le Mahasatipatthana Sutta, cela est indiqué comme les pensées libres de passions sensuelles, les pensées libres de l’aversion et les pensées libres de violence.

Le terme « juste » est la traduction la plus fréquente du terme « samma » qualifiant chaque étape du chemin ; certains auteurs le traduisent cependant par « parfait », trouvant le terme « juste » trop restrictif.

La première étape du chemin est la sagesse (prajña) ; elle consiste en une vision directe de la réalité, et en particulier des trois caractéristiques de l’existence**.

Les huit membres sont représentés par la roue du dharma, symbole du bouddhisme.

** Trois caractéristiques de l’existence
Les trois caractéristiques ou marques de l’existence, trilakshana sont :
– L’Anatman (absence de soi, impersonnalité) : il n’y a rien dans le monde qui ait une existence indépendante et réelle en soi, donc aucune âme (atman), aucun soi, mais une simple agrégation de phénomènes conditionnés.
– L’Anitya (impermanence) : tout est constamment changeant dans les phénomènes, on ne peut absolument rien y trouver de permanent.
– Le Duhkha (souffrance) : aucun phénomène ne peut nous satisfaire de manière ultime et définitive.
Ces trois caractéristiques de l’existence conditionnée, qui se retrouvent également dans les quatre sceaux de la philosophie bouddhiste, sont universelles, valides en tous temps et en tous lieux, et pourraient être reconnues par une vision directe de la réalité. Le nirvana, n’étant pas conditionné, échappe aux caractéristiques de souffrance et d’impermanence (il est cependant impersonnel, il n’y a donc « personne » en nirvana).

Définitions trouvées sur le site fr.wikipedia.org

Vous pouvez reproduire ce texte et en donner copie aux conditions suivantes :
– qu’il ne soit pas coupé
– qu’il n’y ait aucune modification de contenu
– que vous fassiez référence à mon site http://www.frederic-lopez.com
– que vous mentionniez mon nom : Frédéric Lopez

Fermer le menu